Plan Culinaire #2 : Pourquoi fait-on la queue deux heures pour manger une pizza ?

Si les files d’attente fleurissent devant les restaurants branchés des grandes villes françaises, c’est que leurs propriétaires ont décidé de s’affranchir d’une tâche ingrate : la réservation. Mais pourquoi nous semble-t-il normal d’attendre des heures pour manger ? Et comment expliquer cette tendance du «no résa» ?

 ILLUSTRATION:  MARIE GUILLARD

ILLUSTRATION: MARIE GUILLARD

Dans ce deuxième épisode de Plan Culinaire, on a voulu comprendre pourquoi les gens étaient prêts à attendre parfois plusieurs heures pour un faux-filet à L’Entrecôte ou un œuf mayo au Bouillon Pigalle. Derrière ce qui nous semble être une folie, il y a notamment le groupe Big Mamma, qui, en l’espace de trois ans, a ouvert pas moins de sept restaurants à Paris. Et aucun ne prend les réservations. On y trouve certes de bonnes margherita à seulement cinq euros, mais valent-elles le coup de poireauter deux heures sous la pluie ou par moins cinq degrés ?

Pour y voir plus clair, on est donc allées interroger restaurateurs, clients et critiques. Alors, la «no résa», c’est un coup de com’ ? Une histoire d’économie ? On a même demandé à une historienne si les tous premiers restaurants pratiquaient déjà le «no résa».

Et puisqu’il nous est arrivé, on le reconnaît, de faire la queue pour manger, on peut vous dire que les pancakes sont vraiment bons chez Holybelly, que les pizzerias du groupe Big Mamma ne sont pas mauvaises, et qu’Ippudo et Clamato valent vraiment le coup d’attendre – ou plutôt de choisir stratégiquement son heure.

Avez-vous déjà fait la queue devant un resto ? Lequel, et surtout : pourquoi ? On attend vos histoires et vos bonnes adresses malgré l’attente sur la page Facebook de Plan Culinaire, sur notre compte Instagram ou sur notre compte Twitter.

Vous pouvez vous abonner à Plan Culinaire sur Apple Podcasts, sur votre appli préférée grâce à notre flux, sur Google podcasts, sur Soundcloud, YouTube, sur Deezer, sur Stitcher...