Sybel à la conquête du divertissement

 Virginie Maire

Virginie Maire

Du podcast payant? Beaucoup sont en train de creuser la question. En 2016 déjà, le Wall Street Journal évoquait les avantages des abonnements payants pour les plateformes de podcasts. En effet, en tirant directement leurs revenus du public, elles s'évitent «la difficulté à mesurer leurs parts d'audience et à vendre des espaces de publicité à des annonceurs.» 

Nous avons discuté du modèle de l'abonnement payant avec la fondatrice de Sybel, Virginie Maire. Elle définit Sybel comme une plateforme de divertissement audio. Disponible en décembre, elle sera accessible au prix de 4,99€ par mois. Nous avons voulu comprendre comment elle allait nous convaincre de payer pour des contenus que l’on écoute, pour l’instant, gratuitement.

«On vise un public à la recherche de divertissement. Avec Sybel, nous allons couvrir toutes les catégories  – le thriller, la comédie, la science-fiction, le fantastique, le documentaire…» Avec sa nouvelle plateforme de diffusion de contenus audio, Virginie Maire entend amener le podcast dans tous les foyers– et pas seulement chez celles et ceux qui, le casque vissé sur le crâne, écoutent déjà de l’audio en continu. Elle-même n’est pas issue du milieu. Cette ancienne de M6 et du Parisien a senti le potentiel de l’audio: «J'ai découvert des trésors de contenus et des nouveaux formats qui sont passionnants.» Elle cite forcément Serial, mais aussi la fiction 57, rue de Varenne de France Culture…  «L’audio permet de jouer sur l'imaginaire, de se laisser porter par les voix des comédiens dans un environnement sonore qui est extrêmement riche.»

Cap sur la fiction

Si Sybel veut proposer plusieurs genres de contenu, la fiction aura une place importante. Des histoires pour les enfants et les ados, de la science-fiction, du thriller, du polar, du documentaire, du docu-fiction pour les adultes. Un large panel qui permettra à chacun.e de trouver le podcast qui lui convient. La comparaison avec Netflix revient souvent, mais elle se justifie. En offrant des contenus aussi divers que ses publics, la plateforme encourage une consommation plus forte. Et quoi de mieux pour le binge-listening que le divertissement et la fiction?

«L’audio a un côté multitâches qui est très intéressant. On peut conduire en écoutant de l'audio, faire son jogging, faire pas mal de choses. Et ça ne remplace pas les écrans; on ne pourra jamais faire son jogging en regardant un écran. Des médias de divertissement, il en existe sur plein de supports différents, et dans ce paysage médiatique, je pense que l'audio a complètement sa place.» Offrir une alternative à la vidéo mais pas la remplacer donc, Virginie Maire est claire: «Je ne fais pas la guerre aux écrans, on ne fait que proposer une alternative. […] Sybel répond à un usage dans des conditions de mobilité : en voiture, dans le métro, en avion, en train…» Même si elle admet que les contenus proposés pourront venir contrer la «surconsommation des écrans par les enfants», par exemple, grâce aux fictions audio adaptées à ce public.

Et c’est grâce à la qualité de ses productions que la plateforme espère pouvoir entrer chez nous. Pour cela, la plateforme entend à la fois acheter des productions déjà existantes mais également réaliser des productions originales, en co-production avec des partenaires producteurs (dont Louie éventuellement). Et tout cela, sans pub! Un confort que permet le modèle économique basé sur l’abonnement de Sybel.

e36e1af8-16e6-4fa7-ad08-40e9b1424ceb.jpg
938399a4-44ce-4d0f-904e-d37e22ee23cc.jpg

Le Netflix du podcast?

Si payer pour écouter des podcasts est encore inconcevable pour beaucoup d’auditeur.trice.s, c’est pourtant le pari de Sybel: un abonnement à 4,99€ par mois avec un compte qui donne accès à cinq profils sur l'application. Vous pourrez donc partager votre compte avec vos enfants, vos amis ou vos compagnons de vie. Faire payer est une nécessité pour Virginie Maire, si l’on veut accéder à des contenus de qualité. «Aujourd’hui, la création coûte cher. […] Le modèle économique de Sybel, c'est de rémunérer les créateurs, les personnes qui derrière travaillent pour proposer tous ces contenus.»

En plus de cet accès payant, Sybel partage une similitude avec Netflix: celle de proposer une expérience utilisateur améliorée (que Louie a pu tester). C’est l’un des problèmes du format podcast aujourd’hui: il n’est pas toujours facile d’en écouter. Les plateformes manquent de fluidité et rendent l’écoute plus complexe qu’autre chose. «Ces plateformes sont souvent régies par des flux RSS et donc les contenus premium sont noyés au milieu du replay de radio.» C’est ce constat qui a donné l’envie à Virginie Maire de créer une plateforme plus adaptée au contenu audio. Avec Sybel, elle a donc développé une UX (expérience utilisateur) adaptée à la consommation de podcasts. «La promesse de Sybel, c'est de dire qu'aujourd'hui les séries s'écoutent et donc de penser à cette consommation en séries avec des épisodes qui se suivent, avec des vrais programmes, […] et évidemment un algorithme de recommandation pour pousser les contenus le plus en adéquation avec les goûts de chacun.» Sa stratégie pour attirer le public et le fidéliser face aux autres plateformes? «Une période d’essai gratuite au démarrage pour pouvoir rentrer dans les contenus. Et après c'est un abonnement sans engagement. […] Donc c'est pas non plus très engageant pour le consommateur qui va avoir accès en illimité et sans publicité au contenu premium de Sybel.»
 

Mais l’idée d’une plateforme payante plaît déjà à d’autres: on pense à BoxSons, bien sûr, mais aussi à Tootak et à  Majelan. Comme Sybel, cette dernière proposera aussi des contenus sans publicité, une interface simplifiée et de la fiction. Son créateur, l’ex-président de Radio France, Mathieu Gallet, a d’ailleurs lancé un appel à projets à l’occasion du Paris Podcast Festival et table sur un démarrage au printemps prochain.



Alice Bouleau et Maureen Wilson